AMÉLIORER LA CONNEXION AUX TRANSPORTS DANS LES QUARTIERS DÉFAVORISÉS

6 months ago

Dans nos centres-villes, ce sont souvent les quartiers les moins connectés aux réseaux de transports en commun où se situent les logements les plus abordables et abritent donc les plus pauvres de notre société. La faible connectivité dans ces zones accroît le recours à la voiture, ce qui coûte cher aux conducteurs et contribue à la congestion et à la pollution globales de nos villes.

Les services partagés de Dott peuvent augmenter la zone de chalandise des transports publics, offrant une solution efficace pour connecter les usagers aux services de métro, de train, de bus et de tramway. C’est pourquoi plus de la moitié (58 %) de nos passagers relient déjà leur trajet Dott aux transports en commun. Et si des voyages à moindre coût pouvaient être proposés aux communautés qui en ont le plus besoin ?

Nous avons mis en place un projet pilote à Bruxelles pour offrir un accès à prix réduit aux vélos et trottinettes électriques partagés Dott, améliorant ainsi l’accès aux transports pour les quartiers à faible revenu et réduisant les émissions des voitures dans les centres-villes. Le projet a été mené en collaboration avec « Molière », un projet mis en place par l’Agence de l’Union européenne pour le programme spatial (EUSPA).

 

Cet été, pendant douze semaines, des voyages à prix réduits ont été proposés aux habitants de quartiers définis à Bruxelles, entre -30 % ou – 70 % par rapport au tarif standard.

Tout au long du test, les réductions ont augmenté le volume global des déplacements dans ces zones jusqu’à 10 % par rapport aux zones témoins, démontrant qu’offrir des incitations financières aux personnes vivant dans des communautés à faible revenu peut accélérer le passage à des modes de transport plus durables.

Réduire la dépendance à l’automobile nécessite de proposer une alternative convaincante à tous les habitants de la ville, sans exclure certaines zones ou communautés. Les services de micromobilité partagés peuvent combler facilement et rapidement les lacunes des services de transports publics existants. En mettant en œuvre des « micro-subventions » ciblées, destinées à des communautés locales spécifiques, les villes peuvent accélérer la réalisation de leurs objectifs de mobilité, à savoir qu’un plus grand nombre de personnes voyagent de manière durable, en réduisant l’utilisation de la voiture dans les centres-villes.